Espace Naturel Sensible du Plateau de Loëx

Situé à 1 500 m d’altitude sur les communes de Taninges, Verchaix et Les Gets, le Plateau de Loëx est un espace naturel remarquable, dont une partie est classée en site Natura 2000.

Au titre de sa compétence ”Aménagement et gestion des espaces naturels”, c’est le SIVM du Haut-Giffre, présidé par Gilles Peguet, Maire de Taninges et vice-Président de la Communauté de Communes des Montagnes du Giffre (CCMG), qui porte la responsabilité de la gestion du site. Un COPIL, présidé par Laurent PERRIER, conseiller municipal à Taninges, et réunissant les acteurs locaux (agriculteurs, forestiers, chasseurs, propriétaires terriens, associations, usagers, experts…), veille à la préservation du site en animant la démarche Natura 2000.

Afin d’aller plus loin dans le cadre de cette gestion plurielle et partenariale, et aussi pour bénéficier d’un appui technique et financier du Département de la Haute-Savoie, les élus du SIVM et les communes concernées ont souhaité s’engager en 2021 dans une démarche de labellisation du site en Espace Naturel Sensible (ENS). Le périmètre du site retenu en vue d’une labellisation englobe la zone Natura 2000 et l’alpage de Croz, pour un total de 1 400 hectares.

Vue aérienne sur le Plateau de Loëx. Au premier, la chapelle de Jacquicourt aux confins des communes de Taninges, Verchaix et Les Gets.

Un plan de gestion élaboré avec les partenaires locaux

De mars à septembre 2021, le SIVM du Haut-Giffre, dont le siège est situé à Taninges dans les locaux de la CCMG, accueille Arnaud Vial dans le cadre d’un stage consacré à l’élaboration du plan de gestion du Plateau de Loëx, préalable indispensable en vue d’une qualification en Espace Naturel Sensible (ENS).

Etudiant en Master 2 ”Géographie et aménagement de la montagne” à l’Université Savoie Mont-Blanc au Bourget du Lac, le jeune homme résume la tâche qui a été confiée : ”Dans un premier temps, il s’agit de collecter un maximum de données ayant une incidence sur la préservation et la gestion du site (écologiques, sociales, économiques, historiques…) en concertation avec les acteurs locaux. Ensuite, j’effectuerai une synthèse cartographique et rédactionnelle de ces données pour aboutir à la définition des principaux enjeux du site. Enfin, nous déclinerons sous la forme de fiches actions les réponses à apporter à chacun de ces enjeux, avec un niveau de priorité et un budget pour chacune’’. Au cours de cette mission de 6 mois, Arnaud est encadré par Pauline Leterte, technicienne Espaces naturels/Environnement à la CCMG et au SIVM.

Gilles Peguet (à gauche), Président du SIVM du Haut-Giffre, en compagnie d’Arnaud Vial et de Pauline Leterte.

Un label qui vise la préservation et la valorisation du site

Une fois ce travail de diagnostic effectué, la rédaction du plan de gestion permettra de définir les actions à mener pour répondre aux enjeux et aux problématiques du site. ”Le plan de gestion est la pierre angulaire du dispositif de gestion durable d’un espace naturel”, indique Pauline Leterte. ‘’Il est validé par les membres du comité de pilotage au sein duquel on retrouve l’ensemble des partenaires locaux. Une fois ce document finalisé, une convention sera signée avec le département pour préciser les modalités d’interventions dans le cadre de la préservation, de l’aménagement et de la valorisation du site’’.

Les principaux enjeux sur le Plateau de Loëx sont la préservation des milieux fragilisés et la réappropriation sociale du site. En effet, en plus d’abriter des milieux naturels diversifiés (tourbières, prairies humides, forêts de résineux et hêtraies) et des espèces remarquables (Chouette de Tengmalm, Tétras Lyre, Drosera à feuille ronde…), le site a également plusieurs usages productifs (pastoralisme, sylviculture…) et récréatifs (randonnée, VTT, cueillette…) qui nécessitent une meilleure cohabitation.

Les nombreuses zones humides du Plateau de Loëx sont des formidables réservoirs en eau et en biodiversité
  • Le périmètre du futur ENS du Plateau de Loëx

    Le périmètre du site retenu en vue d’une labellisation englobe la zone Natura 2000 et l’alpage de Croz, pour un total de 1 400 hectares. Ce périmètre est situé sur les communes de Taninges, Verchaix et Les Gets.

  • Qu'est qu'un Espace Naturel Sensible ?

    Depuis la fin des années 1970, les départements sont compétents pour mener une politique en faveur de la protection de la nature.

    Pour cela, ils ont la possibilité soit d’acquérir directement des espaces naturels (par offre amiable ou exercice du droit de préemption), soit de les préserver par le biais de conventions avec les propriétaires des sites.

    Ces espaces font l’objet d’un plan de gestion afin de répondre au double objectif de préservation de la biodiversité et d’ouverture au public, en lien avec les partenaires associés au site : conservatoires scientifiques, associations naturalistes, chambre d’agriculture, fédération de chasse et de pêche, offices de tourisme…

    Les moyens financiers alloués à cette protection sont issus d’une taxe spécifique, la Taxe des Espaces Naturels Sensibles, qui ne sert qu’à cet usage et est prélevée sur les permis de construire.

    > Plus d’information sur la politique des Espace Naturel Sensibles (ENS) du Département de la Haute-Savoie